Accueil > Prier avec nous > Homelies > 13 février 2011 6e e Dimanche A

 

13 février 2011 6e e Dimanche A

6ème dimanche du T.O. - A-

Sir. 15, 15-20 1 Corinthiens 2, 6-10 Mt 5, 17-37

Première lettre de Paul aux Corinthiens. Où en sommes nous ?
St Paul a présenté avec talent Jésus ressuscité aux intellectuels d’Athènes. Ce fut un échec.
Il arrive à Corinthe, "dans la faiblesse, craintif et tout tremblant." Il s’adresse à des gens modestes et aux esclaves et leur présente Jésus, un messie crucifié. Il est écouté et une petite communauté de foi se construit. Il quitte Corinthe et apprend que les chrétiens se divisent.

Après avoir mis en relief que la sagesse de Dieu se manifeste dans la faiblesse des moyens humains, il ne veut pas que son discours soit considéré comme du délire ou le fruit d’une imagination malade et exaltée.
Il affirme : "C’est bien une sagesse que nous proclamons".
Le discours que tient Paul s’appuie sur une conviction et sur son expérience person-nelle. Il se déroule ensuite avec une logique qui se tient :
La foi est un don de Dieu, ce qui veut dire trois choses : 1). Elle n’est pas la con-clusion d’un raisonnement humain. Elle n’est pas de fabrication humaine. Elle est l’œuvre de Dieu. 2). Elle est un cadeau car Dieu ne sait pas vendre. 3). Il ne refuse ce don à personne.
*
La sagesse dont parle Paul "n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent."
Si les hommes ont leur sagesse, Dieu a la sienne. Ces deux sagesses sont incompatibles. Le monde a une sagesse cohérente qui aboutit toujours au mépris de la plus grande partie de l’humanité. Dieu a une autre sagesse tout aussi cohérente qui aboutit au respect de tout homme et de tout l’homme, du début à la fin de sa vie.
*
Paul a mis en valeur un messie crucifié. A première vue, c’est déjà rébarbatif. Et maintenant, il proclame cette sagesse "devant ceux qui sont adultes dans la foi."
Notre premier réflexe, c’est de penser que cette sagesse-là n’est pas pour nous. Elle est réservée aux ténors de la religion, aux spécialistes de la parole de Dieu.

Etre adulte dans la foi ! On peut connaître parfaitement toutes les théories qui ont parlé de Dieu au fil des siècles et ne pas avoir la foi en ce Dieu dont on sait si bien parler.

Ceux qui sont adultes dans la foi n’en savent rien. Ils estiment même qu’ils ont encore de gros progrès à faire pour connaître un peu ce Dieu qui n’en finit pas de se dévoiler à travers les événements de leur vie.

L’Église célèbre de grands professeurs de théologie, St Thomas d’Aquin, Saint Al-bert le Grand mais aussi Sainte Thérèse de Lisieux.
Il se trouve que l’Église a célébré mardi dernier, 8 février, la première sainte du Soudan. Il s’agit d’une enfant née dans la région du Darfour vers 1869.

Quand elle eut aux environs de 9 ans, elle fut enlevée par des négriers. Tétanisée par la peur, elle perdit la mémoire de son nom. Ses ravisseurs l’appelèrent Bakhita, ce qui veut dire "heureuse, fortunée (au sens de bonne fortune).

Revendue 5 fois, elle connut les humiliations, les souffrances physiques et morales de l’esclavage. Finalement, elle fut achetée par un commerçant italien, M. Legnani, qui avait aussi une responsabilité dans le consulat. Pour la première fois, elle fut traitée de manière aimable et cordiale. On lui demandait des services sans lui don-ner de coups de fouet. Elle découvrit la sérénité et la tendresse.

Elle suivit le consul qui, pour des raisons politiques dut quitter le Soudan et rentrer en Italie. Là, elle fut prise en charge par une autre famille (M. et Mme Michieli) qui dut quitter l’Italie. Elle fut alors confiée à une congrégation religieuse. Et là, elle demanda et obtint de connaître ce Dieu que, depuis son enfance, "elle sentait dans son cœur sans savoir qui il était."
Elle fut baptisée, communiée et confirmée et reçut le nom de Joséphine.

En 1896, elle devint religieuse chez les Filles de la Charité de Venise. Elle n’occupa que des emplois modestes. Elle mourut le 8 février 1947 et fut canonisée le 1er oc-tobre 2000 par Jean Paul II.
Et depuis, l’Église célèbre Ste Joséphine Bakhita. (Source Google Ste Joséphine Bakhita)
*
On peut croire que Dieu a un projet sur le monde. Comme tout ne se passe pas tou-jours comme il le veut, on peut croire aussi qu’il a dans ses tiroirs un plan B pour reprendre la main sur les événements.

St Paul dit autre chose : "Nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sa-gesse tenue cachée, prévue par lui avant les siècles pour nous donner la gloire.
Dans le déroulement de l’histoire du peuple de Dieu, il y a une continuité têtue pour aboutir à Jésus qui veut nous partager sa gloire.
Ce qui se passe dans l’histoire du peuple de Dieu se passe aussi dans chaque vie hu-maine. Chaque vie humaine traverse son Ancien Testament.

Joséphine Bakhita sentait Dieu dans son cœur sans savoir qui il était..
Elle était adulte dans la foi sans savoir qu’elle avait la foi

Être adulte dans la foi, c’est être habité par la conviction que Dieu nous accom-pagne, nous porte chaque instant de notre vie, dans les jours les plus sombres com-me dans les jours les plus lumineux.

Cette conviction conduit à développer un comportement qui étonne ceux qui bai-gnent dans la sagesse du monde. Joséphine Bakhita dira un jour : "J’ai vécu dans la boue mais je ne me suis jamais salie."

Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent selon la loi du Seigneur !
Ps.118

D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>