Accueil > Prier avec nous > Homelies > 19 Mars -Fête de St Joseph

 

19 Mars -Fête de St Joseph

St Joseph, homme de foi

En cette Année de la foi, St Joseph peut-il nous éclairer dans notre cheminement de foi ? Il est dans la foulée des grands hommes dont nous parle la lettre aux Hébreux citant tous les grands croyants de l’histoire du peuple de Dieu.
Silence et foi ont-ils une ressemblance, se marient-ils ? S’influent-ils mutuellement ?

Les évangiles ne disent presque rien au sujet de Joseph : un quasi silence.
A l’inverse de Zacharie ( Lc.1), il cherche à savoir pour comprendre ce qui lui arrive. Ainsi, il nous fait découvrir que la foi n’est pas un écrasement total de la personne, mais qu’elle entraîne une collaboration au projet de Dieu. .
Joseph, est donc appelé à devenir un collaborateur de toute première importance dans la naissance de Jésus et l’histoire du salut en étant l’époux de Marie. Grâce au songe qui lui fait connaître l’origine de Jésus (Mt. 1. 18sv.), Joseph « fait ce que l’ange lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse » (v.24). Jésus va naître dans une famille. Certes, l’origine de Jésus sera cachée et on ne connaîtra pas le Père ( l’Esprit) mais Joseph veillera à l’éducation de Jésus. Quel problème ce dût être : assurer l’éducation d’un enfant –Dieu !!!

C’est dans l’effacement que Joseph va se mouler dans le projet de Dieu, qu’il va se glisser délicatement, à sa place, dans le projet salvifique de Dieu ; dans le projet de rédemption qui se vit sous ses yeux : il est en première ligne. Il n’imaginait pas qu’il serait mêlé d’une manière aussi proche dans le mystère de l’incarnation : Dieu qui se fait homme.

Dieu décide de parler par son Fils
Dieu est silence, pour l’écouter il faut donc faire silence. Souvent les paroles cachent l’essentiel et si nous parlons c’est parfois pour détourner l’attention ; le silence lui concentre toute l’attention.
C’est dans son silence que Joseph va découvrir qui est Dieu et qui est Jésus Fils de Dieu.
Son silence est silence de Dieu : depuis le début de la création c’est dans le silence que Dieu agit, qu’il transforme le monde qu’il est à l’œuvre au cœur de la création qui est à son image.
_ « Le Père ne prononce qu’une seule parole : son Verbe ; et Il la prononce dans un éternel silence » (saint Jean de la Croix).
Cette seule Parole de Dieu, Joseph sera le second, après Marie, à la découvrir, mais c’est dans le silence de Dieu qu’il pourra comprendre.
Ce sera le drame de Joseph : rien ne sera jamais complètement clair, il devra sans cesse faire confiance, s’en remettre à Dieu. Son silence n’a rien d’éteint.
Le silence n’est pas seulement se taire et l’absence de paroles ; c’est dans le silence que les choses les plus belles se vivent. Vous l’avez constaté dans vos vies :le silence au cœur de nos relations, les silences qui ne sont pas des « vides » mais des silences habités.

Quel place le silence aura-t-il au cœur de l’amour de Marie et Joseph ?
Joseph va très vite se trouver cœur d’un drame : alors qu’ils n’avaient pas encore habité ensemble voilà que Marie se trouve enceinte par l’œuvre de l’Esprit. Il n’y a pas de doute, mais comment ? Il n’y a pas de doute, elle est innocente et elle l’est infailliblement. Demander une explication est impossible, il ne veut même pas effleurer un soupçon.
Que faire ? Il accepte de se séparer de son amour pour ne pas lui infliger de blessure. Joseph est le géant du silence, un géant de l’amour : il s’efface par amour pour Marie. Comment est-ce possible ?
Dès avant la naissance de Jésus, Jésus, dans le silence du sein de Marie, façonne en Joseph un cœur à l’image de Dieu : il sera et époux de Marie et père de Jésus.
Renoncer de plein gré à un amour n’est humainement pas possible et pourtant Joseph y est arrivé, grâce à l’amour de Jésus en Marie. Le Sauveur était déjà à l’œuvre.
Jésus dans l’obscurité de Marie travaille déjà le cœur des hommes

Voilà le silence de Dieu : ainsi Joseph est entré dans ce silence de Dieu, c’est là qu’il a trouvé, puisé toute sa force d’amour pour renoncer à la forme d’amour qu’il avait envisagé.
Et Dieu lui a rendu, lui a donné Marie tout autrement, mieux encore : Marie mère du Sauveur.
Nous entrons dans le domaine de l’invisible, dans lequel nous n’avons aucune prise mais où seule la confiance totale peut faire vivre et donner un avenir.

On ne dit rien ou presque rien de lui. Sa grande proximité de Dieu le rend silencieux : Dieu est silence par excellence : Dieu ne parle pas, ne dit rien. Sa seule parole c’est Jésus son fils, le fils de Marie.
Dieu est silence : la seule parole de Dieu à la croix, c’est son Fils qui meurt, une parole d’amour éternel que seuls quelques uns dont Marie, ont pu entendre et comprendre.
Quelle est cette parole de Dieu à la croix : il faudrait reprendre les quelques paroles de Jésus pour comprendre le silence d’amour de Dieu. C’est dans le silence que les plus grandes paroles d’amour sont prononcées. Les « coups de gueule » n’apportent rien, ne disent rien de bien grand.
Joseph est dans ce silence, présence au cœur du mystère de l’amour, d’un mystère tellement grand et étonnant qu’il ne peut être que silence : toute parole serait en trop.
Il contemple cet admirable mystère d’un Dieu qui se fait proche : il ne comprend pas totalement, la grâce du Seigneur mais sa lumière fut assez grande pour l’introduire au porche du mystère de l’amour trinitaire qu’est l’incarnation de Jésus en Marie.
Joseph, un mystique, à qui le Seigneur a fait percevoir la beauté et la grandeur du mystère qui se passait en Marie et pour le monde.
Quand on dit « Joseph le silencieux »cela ne veut pas dire qu’il ne se passait rien en lui, que c’était le vide total : Dieu se manifestait à Joseph et lui parlait.
Dieu nous parle aussi, à travers les signes et les événements de nos vie mais nous ne voyons pas, nous n’entendons pas. Nous manquons de finesse divine pour comprendre le langage de Dieu. Le silence de Joseph lui a permis de comprendre le langage de son Dieu.

Voilà un homme de foi, un véritable pratiquant : non seulement il obéit, il met en pratique la Parole du Seigneur et il fait du même coup l’expérience de la fécondité de la Parole de Dieu, du bonheur qu’engendre la mise en pratique de la Parole.
L’obéissance de Joseph devient un engagement réciproque : le Seigneur s’engage et Joseph collabore. Dieu ne fait rien sans nous et nous ne faisons rien sans lui. Telle est notre foi, une foi incarnée, sans dichotomie, sans division entre la parole et l’agir.
Ainsi la foi par amour, bâtie sur le roc, devient le moteur de tous nos mouvements, elle s’incarne dans le quotidien, dans tous nos actes et nos rencontres.
C’est dans la foi que les songes de Joseph sont à comprendre comme paroles de Dieu et c’est dans sa fidélité que Joseph y voit une confirmation, une preuve de l’authenticité de ces « songes » qui le confortent dans sa foi et son amour en Dieu et pour Marie.
Le croyant, le disciple de Jésus ce n’est pas celui qui dit que Jésus est le Seigneur, ni celui qui connaît des choses de Dieu, ni ne dit : « Seigneur, Seigneur », ni celui qui fait des miracles, ni celui qui enseigne, ni celui qui écoute la parole. Mais celui qui fait la volonté du Père, qui met en pratique les Paroles de Jésus, de l’Evangile. Pourquoi la volonté de Dieu est-elle le critère et est-elle si importante ?
Pour faire la volonté du Père, cela suppose qu’il y ait une relation d’intimité profonde avec Dieu.
La foi n’est rien d’autre que la réponse personnelle à l’appel de Dieu. C’est toujours Dieu qui prend l’initiative, il invite à la rencontre : il invite Abraham à partir en lui faisant confiance.
La confiance est la clé de cette rencontre avec Dieu.

Le silence de Joseph est à l’image de celui de Dieu le Père : il est émerveillement, jubilation, adoration devant la révélation du mystère tenu caché au long des siècles.
« Saint Joseph, apprends-nous à entrer dans le silence plein, rayonnant, de l’adoration ; le silence de "l’amour écrasé par la beauté. »

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye de Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>