Accueil > Prier avec nous > Homelies > 22 septembre 2013- 25e Dimanche

 

22 septembre 2013- 25e Dimanche

25ème Dimanche du T.O. -C-

Il y a dans la vie courante des scènes de ce genre : un client fait une commande à un fournisseur et il n’a pas de réponse. Il peut y avoir deux raisons : 1). le client s’est trompé d’adresse. 2). Ce qu’il demande n’est pas dans le magasin du fournisseur.

Toute prière de demande comporte une confrontation. Il y a celui qui demande et celui qui est supposé écouter la demande.
Pour avoir des chances d’être entendue, la demande doit être adressée à la personne compétente et elle doit correspondre à ce qu’elle peut donner.

A côté des prières qui s’adressent aux hommes, il y a des prières qui s’adressent à Dieu qui ne les entend pas toutes. Il y en a qu’il ne peut pas entendre.
Paul écrit ceci à Timothée : “Voilà une vraie prière que Dieu, notre Sauveur, peut accepter. » Il y a donc des vraies et des fausses prières.
Nos prières sont elles vraies ou fausses ?

Toute vraie prière à Dieu doit rejoindre son projet que Paul s’énonce ainsi : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et qu’ils arrivent tous à la vérité. »
Dieu ne peut pas entendre une prière qui va à contresens de ce projet.

²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²
Paul écrit encore : « J’insiste avant tout pour qu’on fasse des prières de demande, d’intercession et d’action de grâce pour tous les hommes. »
Demande, intercession, action de grâce. Il ne s’agit pas de trois prières différentes mais de trois orientations fondamentales de toute prière chrétienne aussi bien person-nelle que liturgique.
La prière de demande suppose la confiance du chrétien envers Dieu.
L’intercession souligne la solidarité du chrétien avec tous les hommes.
Dans la prière d’action de grâce nous disons merci à Dieu pour tout ce qu’il nous donne : la joie de croire et la force de vivre dans le monde concret qui est le nôtre. C’est la prière la plus caractéristique de la communauté chrétienne.

Prier pour tous les hommes ! Cela demande un effort. J’ai le réflexe de prier en fonc-tion de mes soucis personnels. Souvent, dans ma prière, il y a Dieu et moi tout seul.
- Si je ne prie que pour moi, j’accapare Dieu pour le mettre à mon service.
- Si je prie pour tous les autres, pour qu’ils puissent traverser leur épreuve et rester debout, personne ne sera oublié. Je ne perds rien du bénéfice de ma prière mais les autres pourront en bénéficier. Et donc, je peux au moins essayer de prier pour tous ceux dans le monde qui connaissent les mêmes soucis que moi.

²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²
La lettre à Timothée demande qu’on prie pour tous les hommes et spécialement « pour les chefs d’Etat et tous ceux qui ont des responsabilités. »
Le pouvoir ne reste jamais sans quelqu’un qui le prenne. Dès que des gens vivent en-semble, il y a un pouvoir qui s’exerce. Des hommes ont un pouvoir plus ou moins im-portant dans la vie politique, économique, sociale, associative…

Ce pouvoir a pu leur être proposé. Souvent, ils en ont rêvé, ils ont manœuvré, ils l’ont eu. On dit que pour arriver au pouvoir, à un haut niveau, il faut être un tueur. Dans la Bible et dans l’histoire des hommes, on trouve beaucoup d’exemples de rois qui ont tué d’autres prétendants. Aujourd’hui, on dit que pour être élu à un haut niveau, il faut tuer politiquement.

Etre élu donne un moment de jouissance. Mais que faire du pouvoir quand on l’a ob-tenu ? Le conserver peut devenir le premier souci. Et donc, pour être réélu, il faut satisfaire ses électeurs.
Pour que l’exercice du pouvoir soit fécond, il faut que celui qui le détient devienne serviteur, non pas de tels ou tels privilégiés mais du peuple aux rêves et aux besoins variés. Il faut savoir écouter, décider, encaisser, ne pas se décourager, ne pas avoir honte de la décision qu’on prend.

La lettre à Timothée indique l’objectif : Il faut prier pour les responsables « afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux. » Afin que nous puissions ! Le nous, c’est le peuple. L’objectif du pouvoir, c’est la paix. Que chaque homme puisse vivre décemment en vivant selon sa foi.
.
Quand la prière est importante, il est conseillé de la faire porter par quelqu’un, que l’on sait bien introduit, qui saura utiliser les termes convenables. Paul écrit “Il n’y a qu’un seul Dieu. Il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus qui s’est donné lui-même en rançon pour tous les hommes”
Dieu le Père entend les prières que son Fils lui présente.

Quelques remarques pour finir :

- Le marché de la prière propose les produits les plus variés. Qu’il s’agisse de de-mande, d’intercession ou d’action de grâce, en priant avec les mots que l’Eglise nous donne, nous sommes sûrs de ne pas dériver. Les oraisons du missel sont un bon point d’appui.
- Dans le quotidien de notre vie, nous sommes pris par des soucis immédiats. La Prière Universelle élargit chaque dimanche notre horizon.
- Il y a des prières qui s’adressent à Jésus. D’autres s’adressent au Saint Esprit. La plupart s’adressent à Dieu le Père par Jésus Christ. Nous connaissons les formules de conclusion par coeur. Elles risquent de devenir banales et vides. Essayons de les réveiller. Essayons de donner du sens à notre Amen.

“De la poussière, il relève le faible ; il retire le pauvre de la cendre pour qu’il siège parmi les princes de son peuple.” (Ps 112)
D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>