Accueil > Prier avec nous > Homelies > 30e Dimanche A- 23 octobre 2011

 

30e Dimanche A- 23 octobre 2011

30ème dimanche du T.O. -A-

Aujourd’hui, je vous propose de suivre un jeu de piste. Dans le texte de l’Exode il y a une série de verbes qui dénoncent des dérives. Un verbe dans l’évangile ouvre une route pour en sortir. Un autre verbe dans le texte de St Paul emprunte cette route pour mettre en pratique le verbe de l’évangile.

Les verbes du texte de l’Exode : « Ne pas maltraiter, ne pas opprimer les im-migrés. Ne pas accabler la veuve et l’orphelin. Ne pas prêter de l’argent à la manière d’un usurier » Si le texte dit ce qu’il ne faut pas faire, c’est que cela se faisait. Et s’il faut rendre au pauvre, avant la nuit, le manteau pris en gage, c’est que cela ne se faisait pas.
Ces exemples illustrent diverses manières d’exercer un pouvoir, d’exploiter ceux qui se trouvent en situation de faiblesse.

Ces verbes du texte de l’Exode concernent les relations qui s’établissaient de personne à personne. Aujourd’hui, dans les relations « riches-pauvres » les ex-cès ou les défauts sont souvent repérés et signalés par les Associations. Les solu-tions sont étudiées par l’Administration. Les situations de dépendance ou de faiblesse sont devenues des statistiques.
Toute personne démunie a des droits mais pour les faire valoir, il faut corres-pondre au portrait dessiné par la Loi. Les pauvres en viennent quelquefois à perdre jusqu’à leur visage.

Et pendant ce temps-là, dans le quotidien banal Des gens vont au travail le matin et reviennent le soir à la maison, fatigués mais heureux d’avoir participé, pour une petite part, à la construction d’un monde plus vivable. D’autres ont exploité la misère des faibles avec une sérénité déconcertante. Ils disent volontiers : « E-videmment, les pauvres n’ont pas beaucoup d’argent mais il y a beaucoup de pauvres ! » D’autres encore sont un peu mal à l’aise, le soir, à cause du monde qu’ils ont construit dans la journée. Le développement de l’entreprise leur a fait prendre des décisions qu’en conscience ils regrettent.

Pour normaliser les comportements déviants, l’évangile ouvre une porte avec un verbe bien connu « aimer Dieu et aimer son prochain. »
Ce commandement doit questionner toutes les décisions personnelles dans tous nos lieux de vie et humaniser les directives administratives. Est-ce possible ?

Allons à Thessalonique ! Les chrétiens ont reçu un message de St Paul. Il évo-que son passage à Thessalonique avec ses deux disciples, Silas et Timothée :
« Vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.
A Thessalonique, St Paul n’a pas été seulement un beau parleur convaincant. Ses auditeurs se sont vite rendu compte que sa manière de vivre était en harmonie a-vec ce qu’il disait. Il ne cherchait pas à exercer un pouvoir ou un enrichissement personnel. C’est cette harmonie, c’est ce désintéressement qui ont laissé une trace dans la population et qui ont accroché l’intérêt.
Voilà déjà un chemin de réponse qui interroge l’Eglise à tous les niveaux, du personnel du Vatican au plus obscur des chrétiens. Y a-t-il une cohérence entre notre vie et ce que nous pouvons dire de notre foi ?

St Paul continue : Et vous avez commencé à nous imiter, nous et le Seigneur,
Imiter Jésus et St Paul, ce n’est pas les copier. Imiter Jésus, ce n’est pas essayer d’avoir des milliers de personnes derrière soi, de guérir des foules de malades et de ressusciter les morts. Imiter St Paul, ce n’est pas parcourir des centaines de kilomètres pour prendre la parole dans toutes les églises.
Imiter Jésus et Paul, c’est devenir serviteur.
Jésus et Paul sont tellement « au service de » qu’ils disparaissent devant leur message et leur mission. Par contre, c’est leur message et leur mission qui construisent leur personnalité et les font exister autrement.
Il s’agit donc d’accueillir la Parole et d’y conformer notre comportement là où la vie nous a plantés.
St Paul dit bien aux Thessaloniciens « Vous avez commencé à nous imiter » Il s’adressait à des nouveaux chrétiens. Aujourd’hui on peut se dire qu’il faut cha-que jour consentir à recommencer. Recommencer à aimer Dieu et à aimer son prochain. Recommencer à faire attention. Redécouvrir l’originalité et la perti-nence de la foi en Jésus crucifié et ressuscité.

« Accueillir la Parole au milieu de bien des épreuves avec la joie de l’Esprit Saint. »
Si j’accueille la Parole du Seigneur, elle va changer mes habitudes et déclencher un mouvement de surprise voire une opposition dans mon entourage. Je peux a-lors ravaler ma parole et rentrer dans le rang. Si je persiste à être fidèle, l’op-position va s’organiser et voici le temps de l’épreuve. Si l’accueil est authen-tique, les épreuves sont traversées dans la paix et la sérénité. (Le texte parle de Joie dans l’Esprit Saint)
Cette manière sereine de traverser l’épreuve étonne l’entourage et l’invite à se poser des questions

« A partir de chez vous la Parole du Seigneur a retenti. »
La Parole de Dieu s’est répandue dans la Macédoine, toute la Grèce… et ailleurs. St Paul et ses compagnons en ont le souffle coupé : « Nous n’avons plus rien à en dire. »
Le témoin du Christ n’est pas le militant qui défend une cause. Il est seulement un serviteur. Celui qui accueille la Parole et traverse les épreuves dans la joie devient une source.
D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>