Accueil > Prier avec nous > Commentaires 1ére lecture > Baptême du Seigneur - Tite, 2,11-14 ; 3,4-7

 

Baptême du Seigneur - Tite, 2,11-14 ; 3,4-7

2ième lecture : Tite 2/11-14 ; 3/ 4-7

11 Car elle s’est manifestée, la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes.
12 Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux désirs de ce monde, pour que nous vivions dans le temps présent avec réserve, justice et piété,
13 en attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ.
14 Il s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier un peuple qui lui appartienne, qui soit plein d’ardeur pour les belles oeuvres. …
3/ 4 Mais lorsque se sont manifestés la bonté de Dieu notre Sauveur et son
amour pour les hommes,
5 il nous a sauvés non en vertu d’oeuvres que nous aurions accomplies nous-mêmes dans la justice, mais en vertu de sa miséricorde, par le bain de la nouvelle naissance et de la rénovation que produit l’Esprit Saint.
6 Cet Esprit, il l’a répandu sur nous avec abondance par Jésus Christ notre Sauveur,
7 afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, selon l’espérance, héritiers de la vie éternelle.

A propos de ce texte

Il est presque certain que ce texte ne soit pas de la main de Paul mais d’un de ses disciples mais il est bien dans la ligne de la théologie de Paul, donc nous avons affaire ici à un disciple fidèle.
La péricope de ce dimanche comporte deux parties : les versets 2,11-14 et 3,4-7.
La première sert de conclusion sur les devoirs de certaines catégories de chrétiens (un peuple entièrement donné au bien) et la seconde conclut par un exposé parénétique (toujours prêts à faire le bien).

La vie en Christ est tout simplement le fruit du salut manifesté en Jésus-Christ : le don sauveur manifesté à toute l’humanité. Dieu en son Fils se donne tout entier à l’humanité.
« La thèse fondamentale de Paul qui prêche le salut universel, non par les œuvres de la Loi mais par la foi, est plusieurs fois évoquée (2,11 et 3,5-6). Tous les hommes sont sauvés par la grâce de Dieu qu’ils accueillent dans la foi. Voilà l’enjeu fondamental des épîtres de l’apôtre au Galates et aux Romains. Le mystère pascal est par excellence le geste sauveur de Dieu. Il a ressuscité Jésus qui s’est livré pour nous sur l’autel de la croix. L’homme est appelé à participer à ce mystère : mourir et ressusciter avec le Christ. Cette participation est sacramentellement vécue dans le baptême appelé le bain de la régénération (3,5). Le monde ancien inaugure le monde nouveau . L’homme est appelé à vivre ce passage que le don de l’Esprit Saint lui rend possible. » Gatzweiler dans Feu Nouveau

L’apôtre nous invite à célébrer la gratuité de l’amour de Dieu, la philanthropie de Dieu parce qu’il est miséricorde. Au v11 : la grâce de Dieu sauveur a été manifestée. Si Dieu est caché, discret il se manifeste, il se révèle.
Aux bergers il s’est fait reconnaître sous les traits d’un petit enfant couché dans une mangeoire : « à ce signe vous le reconnaîtrez »
C’est l’étoile qui mit les mages en route, à la recherche du Sauveur.
La révélation, l’épiphanie de Dieu, se manifeste sous la forme de signe. Le croyant les reconnaît et les authentifie comme vrais et lui ouvrant une voie de salut.
Dieu intègre toujours l’homme dans son salut, il ne le sauve pas sans lui, ni contre son gré. C’est une sorte de « partenariat » que Dieu engage dans le dialogue et la rencontre avec l’homme.
V12 : La grâce source de salut de Dieu « nous apprend à renoncer à l’impiété et aux désirs du monde ». Voilà comment la grâce de Dieu se manifeste et opère en nous en vue de discerner ce qui nous fait grandir et pour devenir ce que nous sommes en réalité : fils de Dieu, vivant une vie raisonnable, juste et fidèle à Dieu.
La grâce du Christ opère en nous une œuvre d’éducation en nous apprenant patiemment à vivre des désirs, des choix, des priorités qui ne sont plus ceux du monde parce qu’ils sont éclairés à la lumière de l’Evangile et de l’Esprit.
Dans une oraison du temps de Noël nous demandions à Dieu « la grâce d’accueillir la grâce ». Dieu nous donne toujours la force de dire oui à sa grâce, à son amour.
Voilà ce que Dieu fait pour nous.
3,4-7
Comme s’il y avait deux étapes : avant la manifestation du Christ et après. Effectivement la manifestation du Christ a radicalement changé la relation de l’homme avec Dieu et celle de Dieu avec l’homme.v4 : « Lorsque Dieu, notre sauveur, a manifesté sa bonté, son amour ». Le salut n’est pas l’œuvre de nos mains, d’œuvres que nous aurions accomplies ni de nos efforts, mais il est don gratuit de la bonté et de l’amour de Dieu.
C’est ce don qui ne cesse d’opérer en nous en vue des bonnes œuvres que Dieu attend de nous les croyants afin que l’œuvre de sa grâce ne reste pas stérile.
Nous pouvons comprendre ce que la grâce du baptême réalise en nous : elle « est à l’origine de notre régénération intérieure : le chrétien qui était un homme comme tout le monde, devient un nouvel être. » Quesson
C’est là l’œuvre de l’Esprit qui nous a fait renaître et nous a renouvelés. Le témoignage de la vie en Christ est tout simplement la manifestation du salut en Jésus Christ toujours à l’œuvre dans le chrétien par la Parole, et les sacrements qui sans cesse le renouvellent au delà de son péché. Il est témoin du salut gratuit de Dieu apparu dans le monde avec l’homme-Dieu Jésus-Christ et manifesté dans son sacrifice rédempteur.

Après avoir été baptisé, Jésus entend qu’il est l’amour de Dieu. Dieu nous dit à nous aussi : « Mon amour » et il peut le dire car lui seul possède la tendresse véritable pour l’homme. Aujourd’hui encore, nous ne pourrons jamais découvrir cette tendresse de Dieu, à travers les amours, les tendresses humaines, que dans la rencontre, et le dialogue cœur à cœur avec Lui. C’est à cette aventure que Dieu nous invite lors de notre baptême. Ce message, dit l’apôtre, il nous faut le dire, et le redire et l’exprimer avec toute notre conviction. Dieu, en s’incarnant, ne s’est pas emparé de traits humains pour se rendre plus attrayant ! Ce qu’il a pris de nos vies humaines, c’est la pauvreté, la confiance, l’humilité, l’amour, la patience pour nous donner son Esprit qui allume un feu dans le cœur de tout croyant. Notre vie de baptisés ne devrait-elle pas, elle aussi ; laisser transparaître quelque chose du mystère de l’amour de Dieu ?

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>