Accueil > Prier avec nous > Textes d’auteurs cisterciens > Saints Fondateurs de Cîteaux Sts Robert, Albéric et Etienne

 

Saints Fondateurs de Cîteaux Sts Robert, Albéric et Etienne

Homélie en la fête des Saints Fondateurs de Cîteaux, Sts Robert, Albéric et Etienne.

Au sein de la communauté de Molesme qu’il avait constituée, Robert rencontre une forte opposition à l’idéal de vie monastique qu’il poursuivait.
Il avait sollicité auprès de légat du pape l’autorisation de fonder un nouveau monastère. Et c’est en 1098, avec une vingtaine de compagnons désireux eux aussi de vivre pleinement l’idéal monastique, que Robert quitte l’abbaye de Molesmes pour fonder, dans l’obscurité, le monastère de la Réforme. C’est dans une croisade qu’ils s’engagent tous. Ils vont s’installer en un lieu situé aux confins du diocèse de Chalon, dans un endroit peu cultivé où abondent les roseaux, à Cistel d’où son nom : Cîteaux.
Parmi les compagnons de l’abbé Robert se trouvent Albéric et Etienne : les trois premiers abbés de Cîteaux qui ont donné à l’ordre l’élan tout à fait missionnaire dont Bernard sera la gloire.
Alors que tout se ligue contre eux : le fondateur Robert doit, par ordre pontifical, rejoindre la communauté de Molesme qui le réclame. Il rejoint sa communauté avec quelques moines qui n’aimaient pas la solitude.
La communauté se remettant péniblement de ce départ, est désormais dirigée par Albéric qui construit le monastère, défriche et met en valeur les terres, il fait copier les manuscrits si nécessaires à la vie liturgique et spirituelle. Peu de vocations persévèrent : sans doute en raison de l’austérité de vie de la communauté.
Dans ce contexte difficile meurt Albéric et Etienne Harding devient abbé.
La communauté peine, les moines sont critiqués par les monastères qui vivent la Règle de St Benoît dans le relâchement… Les forces s’épuisent mais ils tiennent bon, Dieu veille et on sait comment Il se chargea de réaliser l’ambition des fondateurs de Cîteaux.
Quelques années après Bernard entre avec trente compagnons ce qui redonne courage à la communauté et lui permet d’envisager l’avenir. Très vite des fondations sont envisagées : quatre en trois ans. Déjà on en dresse la liste : La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond… et, c’est par centaines qu’elles vont se compter.
Le génie d’Etienne est tel qu’il parvient à favoriser les créations tout en maintenant les exigences et l’esprit des origines, grâce à la Charte de Charité et d’unanimité qui deviendra la référence commune pour l’ordre cistercien dans les relations entre les communautés
Sans nous étendre sur les réalisations de chacun de manière à faire le choix de la simplicité de manière à vivre la pureté de la Règle de St Benoît.

La réussite de Cîteaux dont la fondation répond à l’attente de l’époque, est collégiale : Robert apporte la caution de son expérience et de son autorité, Albéric consolide la petite communauté fragile, Etienne donne à l’ensemble des communautés une organisation de génie et des textes fondateurs où se manifeste un même esprit, Bernard synthétise l’expérience des débuts en développant une véritable spiritualité.

C’est avec cette foi, dont parle la lettre aux Hébreux et avec cette quête d’espérance que les fondateurs sont partis de Molesme dans la nuit de l’invisible. Confiants dans le Seigneur et regardant vers l’avenir dont ils ignoraient les contours.
.

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>